Item 1 of 4

22 jours
17 min
France, 1950

Musique originale : Keita Fodéba Production : Ligue de l'enseignement
Français


Traversée



Résumé


C’est l’après-guerre. L’Europe s’est reconstruite. Tout marche pour le mieux dans les « colonies-modèles » où la République française mène ses pupilles vers les lumières de la raison et du progrès. Tout le monde, pourtant, n’est pas de cet avis. Premier film anticolonialiste de l’Hexagone, censuré, diffusé clandestinement, puis réhabilité en 1996, cet efficace pamphlet contre le colonialisme en Afrique de l’Ouest valut à René Vautier treize inculpations et une condamnation à un an de prison.

L'avis de Tënk


À 21 ans, René Vautier est déjà familier de la clandestinité et de la censure que lui ont coûté son engagement dans la Résistance et sa participation au film La Grande Lutte des mineurs, de Louis Daquin. Lorsqu’il se rend en Afrique Occidentale Française pour réaliser un film pour la Ligue de l’enseignement, il se confronte à l’écart entre le discours colonial et les conditions de vie réelles des populations colonisées. En vingt minutes à peine, le cinéaste relie implacablement l’essor du capitalisme et la domination raciste. Il démonte méthodiquement le discours officiel d’une colonisation supposément émancipatrice pour mieux en faire ressortir les logiques, déterminées par les intérêts économiques des États colons, et assises par la violence. Film percutant, Afrique 50 est aussi un document historique fondamental, qui énonce en 1950 des faits encore aujourd’hui passés sous silence, l'émergence des luttes pour l’indépendance – qui a déjà entendu le nom de Mamba Bakayoko ? – et leur répression criminelle.

 

Chloé Vurpillot
Chargée de programmation de Tënk

 

 

Item 1 of 4
Item 1 of 4
Item 1 of 4

Item 1 of 4