Item 1 of 4

Archive

24 min

France, 1969

Production : ORTF

Programmé par Arnaud Lambert

Français


Parole



Résumé


Une leçon (politique) de cinéma par Jean-Luc Godard.

L'avis de Tënk


"On est en train de faire exactement, à mon avis, ce qu’il ne faut pas faire…" Parfaitement synchrone avec l’escale "Les années 68" que propose Tënk en ce mois de mars, cet entretien réalisé pour l’ORTF en 1969, jamais diffusé et conservé dans son état de rushes (claps, fin de bobines, disjonction du son et de l’image) est un document doublement précieux. Précieux par ce que Godard dit en dézinguant tout azimut (la télé, l’entretien comme exercice convenu) – c’est le Godard "qu’on doit accepter en bloc", comme disait Chris Marker : avec ses traits de génie et ses "n’importe quoi". Précieux par sa matérialité : la tension qui traverse ces images, jusqu’à la rupture (Godard obturant l’objectif de la main, travaillant à "gaspiller la pellicule de l’ORTF"), dessine assez précisément l’état des lieux de l’après-Mai : l’intervieveur, complice inconscient de ces "pouvoirs qui nous voudraient sans mémoire", pose des questions qui datent de la "politique des auteurs", comme si mai 68 n’avait jamais existé ; Godard, en pleine agitation théorique, tout aussi caricatural mais en phase avec l’époque, qui ramène sans cesse à l’état nouveau des choses et des images. "Oui, il y a UN grand metteur un scène ! Tous les films qu’on voit, tous les films français qu’on voit sur les écrans, ils ont un grand metteur en scène : De Gaulle." Il faut choisir son camp camarade !

Arnaud Lambert
Réalisateur

Item 1 of 4
Item 1 of 4

Item 1 of 4