Item 1 of 4

54 jours
52 min
France, 2012

Production : Réel Factory, Les Productions Extérieur Jour Co-auteur•rices : Amédé Labigny, Sonny Rupaire, Guy Tyrolien
Créole guadeloupéen, Français
Français, Anglais
Prix Sacem du meilleur documentaire musical - 2012

Musique



Résumé


Évoquant à la fois le tumulte ou la révolte, Voukoum est le nom créole adopté par les membres d’un mouvement culturel implanté dans le quartier populaire du « Bas du bourg » à Basse Terre, en Guadeloupe. Voukoum est un mouvement massif et bruyant, un désordre provoqué sciemment, symbole d’éveil de la conscience politique et artistique des gens de la rue. Le film est une plongée au sein de ce collectif qui prône la résistance civique par la culture, l’expression du corps et de l’âme à travers la musique, et la valorisation de la mémoire collective. Cet essai documentaire porte un regard singulier sur le rapport d’une population à la notion d’identité.

L'avis de Tënk


Fouets passant le mur du son, musique Gwo Siwo aux accents de révolte, tout s’assemble et s’engage à se battre contre les privilèges. On réveille les rites, on transcrit l’oralité des ancêtres, Voukoum, Mouvman Kiltirèl créé à Basse-Terre fin des années 80 fédère des milliers de Guadeloupéens en des charivaris qui mènent parfois à la grève générale. On ranime les forces primitives, on invoque les esprits, réactive ce qui donne la force. On s’enduit de cette terre nourricière qui soigne et l’on danse.
Prix Sacem 2012 du meilleur documentaire musical, François Perlier réveille le tapage du vent, le tumulte de la route et de la mer, il sait tenir ses silences face au scintillement de la nuit.
« Écoute plus souvent les Choses que les Êtres, la Voix du Feu s’entend, Entends la Voix de l’Eau, Écoute dans le Vent le Buisson en Sanglots : c’est le souffle des ancêtres… Les morts ne sont pas morts. »

 

Daniel Deshays
Ingénieur du son

 

 

Item 1 of 4
Item 1 of 4

Item 1 of 4