Item 1 of 4

Archive

85'

Autriche, France, 2019

Production : Le Fresnoy, Panama Film, Mischief Films

Programmé par Antoine Thirion

Allemand

Français, Anglais


Les films de Cinéma du Réel 2019



Résumé


Sur un site industriel abandonné près d’une mine vieille de plusieurs siècles dans les Alpes autrichiennes, un mécanicien autodidacte dirige une entreprise qui exporte des voitures d’occasion vers son Nigeria natal.

L'avis de Tënk


Dans son troisième long métrage, Sebastian Brameshuber recycle à dessein quelques images "d’Of Stains, Scrap and Tires" (2014), un court tourné en 16mm dans le même garage automobile adossé en contrebas des brumes de l’Erzberg dans les Alpes autrichiennes, plus grand gisement national de minerai de fer dont l’exploitation remonte à l’époque romaine. C’est qu’ici rien ne meurt tout à fait, tout est remploi, récupération et remémoration. Cliff, un mécanicien nigérian, pros­pecte les parkings à la recherche de véhicules à retaper et à désosser pour les revendre ou les exporter en pièces détachées. Son large hangar à trois pans s’ouvrait autrefois sur un terrain de paintball ; mais ce sont désormais l’Europe de l’Est dont la plupart de ses clients proviennent, et l’Afrique où il écoule modeste­ment ses pièces, qui se profilent à l’horizon. L’observation, l’écoute, l’exploration sereine du travail, des matières, des échanges, des terri­toires, branchent ce microcosme nigérian sur les rapports écono­miques de l’Europe et de l’Afrique. Par son approche matérialiste, Brameshuber relie le travail du fer aux esprits telluriques et au contem­porain des loisirs. Tandis que la bande-son des forêts nigérianes se superpose aux images des périphé­ries autrichiennes, le maître du lieu raconte un mythe fondateur qui, sous ses promesses ironiques d’éter­nité, fait entendre, fin imminente ou recommencements, l’amenuise­ment des ressources telluriques.

Antoine Thirion
critique et membre du comité de sélection de Cinéma du réel
et du festival de Locarno

Item 1 of 4
Item 1 of 4

Item 1 of 4