Item 1 of 4

5 jours
112 min
Finlande, 1994

Production : Giron Filmi Oy
Nénètse
Français, Anglais

Les films d'Anastasia Lapsui et Markku Lehmuskallio



Résumé


Paradis perdu juxtapose les histoires de deux nations indigènes : les éleveurs Nénètses dans le Grand Nord de la Russie et les Sayisi Dene, peuple autochtone du Canada.

« Ce qui arrive aujourd’hui aux Nénètses en Sibérie est déjà arrivé aux Indiens du Manitoba, qui ont perdu leur mode d’existence traditionnel. »

L'avis de Tënk


Il y a au tout début de Paradis perdu un plan de toute beauté. Il s’agit d’une scène récurrente dans la filmographie d’Anastasia Lapsui et Markku Lehmuskallio. Elle est aussi emblématique de leur cinéma que centrale, assurément, dans le quotidien des Nénètses. Filmé depuis l’avant du traîneau, le plan se compose, en sa partie inférieure, des culs frétillants des rennes qui le tractent, alignés d’un bord à l’autre du cadre, et, pour sa partie supérieure, de leurs bois majestueux striant la ligne d’horizon sous un ciel plus ou moins nuageux. Ce plan que l’on retrouve de film en film, tourné en diverses saisons, en couleurs et en noir et blanc, agit me semble-t-il ici comme un leitmotiv, donnant au film son mouvement et son rythme propres. Ce travelling avant dit à la fois la condition nomade de ce peuple, son isolement et sa capacité d’adaptation, et la place qu’occupent les rennes dans la vie et la culture des Nénètses.

 

Fabien David
Programmateur du cinéma Le Bourguet de Forcalquier

Item 1 of 4
Item 1 of 4

Item 1 of 4