Item 1 of 4

Disponible en location

17 min

France, 1971

Production : Vidéo Out

Programmé par Éva Tourrent

Ce film contient des images d'un avortement.

Français

Anglais


Féminismes



Résumé


1971, une femme prend la décision de ne pas garder l’enfant qu’elle porte alors que l’avortement est encore illégal en France. Le film alterne la séquence de son avortement clandestin et des images de la première manifestation de femmes en faveur de l’avortement et de la contraception qui a lieu à Paris le 20 novembre 1971.

L'avis de Tënk


Ce film est un tract, le cri de celles qui, en pleines Trente Glorieuses, ne veulent plus être cantonnées aux rôles de ménagères ou de femmes-objets représentées par la télévision. Face à ces hommes qui critiquent la création d'un "marché commun de l'avortement", Carole Roussopoulos filme des femmes qui parlent librement de leur plaisir et qui disent ce qu'elles veulent : disposer librement de leur corps. Jusqu'à l'aspiration de l'embryon, elle filme ce qui alors ne se montre pas, ne se dit pas.
Film fondateur, Y'a qu'à pas baiser révèle le combat de celles qui veulent libéraliser l'avortement et la contraception. Il montre des femmes qui s'entraident, échangent leurs savoirs, fabriquent les images qui sont faites d'elles. Qu'il s'agisse du spéculum ou de la caméra, elles s'emparent des outils aussi bien pour avorter que pour filmer. 50 ans plus tard, l'arrêt Roe vs Wade garantissant depuis 1973 le droit à l'avortement aux États-Unis vient d'être abrogé par la Cour suprême. La lutte, elle, continue.

 

 

Éva Tourrent
Responsable artistique de Tënk

 

 

Item 1 of 4
Item 1 of 4

Item 1 of 4