Item 1 of 4

38 jours
80 min
Burkina Faso, 2022

Musique originale : Flatié Dembelé, Patinda David Zoungrana Production : Hello Visions

À la demande de la réalisatrice, le film est entièrement sous-titré en français.

Français, Anglais, Dioula, Haoussa
Français

Arts



Résumé


Entre Ouagadougou, Niamey, Kigali et Dakar, Éléonore Yameogo suit quatre réalisateur·rices africain·es en compétition au Festival international du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO) de 2021. La pression monte, mais être en compétition signifie-t-il devoir gagner ?

L'avis de Tënk


À chaque grand festival, il faut son mythe. Celui de Ouagadougou, festival panafricain biennal créé en 1969, décerne des étalons de Yennenga (la mince), une légende fondatrice. Cette belle princesse était si bonne à la guerre que son père refusait toute demande en mariage pour la garder. Du coup, elle s'enfuit sur son étalon. Elle rencontre Rialé, un jeune chasseur, avec qui elle aura un garçon qu'ils nommeront Ouedraogo (l'étalon). Une fois grand, elle l'envoie chercher le pardon du roi, ce qu'il obtient. Il revient avec des biens et des guerriers, ce qui permet de fonder le royaume mossi. « Les génies jamais ne dorment ; sans compétition plus de génie, plus de gloire ; à tout empire il faut un génie ». Le texte d'Aristide Tarnagda qui accompagne cette parodie documentaire sur l'esprit de compétition agit comme le chœur d'une tragédie classique : il dit la vérité, dévoilant les rêves secrets des cinéastes. Là est l'ironie qui fait le sel de ce documentaire pris sur le vif, lequel appelle cependant à « se construire avec les autres et non contre les autres ».

 

Olivier Barlet
Critique de cinéma et rédacteur pour Africultures

 

 

Item 1 of 4
Item 1 of 4
Item 1 of 4

Item 1 of 4