Item 1 of 4

36 jours
52 min
Liban, France, 1978

Production : Jocelyne Saab
Français
Anglais

Années 70 : des images se lèvent



Résumé


Trois ans après le début de la guerre civile, Jocelyne Saab revient dans sa ville pour quelques mois. À cheval entre un pays en guerre et un pays en paix, elle éprouve du mal à se réadapter à la vie. Remettant en marche un bus, alors que les transports en commun ne fonctionnent plus, elle provoque un sursaut de normalité dans la ville en guerre : des gens montent dans le bus, où ils voient un espace de sécurité.

L'avis de Tënk


Comment refaire du lien, comment reconstruire, comment faire ressurgir de l’espoir dans un pays fracturé par la guerre civile ? Quel sens peut-on trouver dans les ruines et la disparition ? Comment comprendre le chaos ? De films en films, le cinéma de Saab, porté par ces questions, évolue du reportage de guerre vers une œuvre de poésie et de fiction. En filmant, elle a documenté, archivé et dénoncé les violences de l’Histoire. En tournant sa caméra vers les victimes silencieuses des conflits, elle a proposé un contrepoint aux couvertures médiatiques habituelles. Pour Lettre de Beyrouth, un de ses films les plus intime et original, magnifiquement restauré par l’Association Jocelyne Saab, elle se met en scène et fictionnalise des situations qui lui permettent de décrire sa ville et son pays déchiré. Pour l’écrivaine Wassyla Tamzali « Jocelyne Saab arrivait à dire le tout. Elle a réalisé une œuvre coup de poing. Elle a produit des images qui pensent. Et qui nous font réfléchir, sur des situations sociales et politiques qui dépassent le seul conflit libanais. Pour cela, elle savait trouver le ton juste, celui de sa voix quand elle lit les poèmes de Etel Adnan, toujours entre intimité et déclaration. »

 

Léa Morin
Programmatrice et chercheuse indépendante, Talitha

 

 

Item 1 of 4
Item 1 of 4

Item 1 of 4